Nancy Witzel 2 2018

Une sorte d'état des lieux

Après des études au Lycée Henri IV (hypokhâgne et khâgne, option philosophie) et à la Sorbonne (philosophie), j'ai travaillé comme journaliste indépendant depuis 1978 (d’abord à Libération), date à laquelle j'ai effectué mes premières traductions depuis la langue allemande pour l’édition. J'ai ensuite vécu, matériellement et intellectuellement, de mes métiers de traducteur, d’auteur et de formateur en traduction littéraire.

J'ai reçu en 2018 le Prix Eugen-Helmlé 2018 pour l’ensemble de mon œuvre de traducteur.

Traductions

Je suis traducteur littéraire à plein temps depuis 1987, notamment pour les éditions Actes Sud, Christian Bourgois, Gallimard, Grasset, Maren Sell, Métailié, MSH, L’Olivier, Payot, Plon, Perrin, Seuil... Parmi ses traductions (environ deux cents publiées à ce jour).

. Des romans (Les Bertini, Ralph Giordano, Le Livre des désastres, puis Précis d’Anatomie à l’usage des artistes, Kieseritzky, éditions François Bourin, Otages classe touriste, F.-C. Delius, Au Singe bleu et Le Onzième doigt, W. Serner, éditions Allia, Et le Buisson devint cendre, Manès Sperber, La fin de Selb, Bernhard Schlink, éditions Gallimard/Série Noire, Le nageur et L’été le plus chaud, Susza Bank, Le Passeur, Petit Oncle, Le Navire obscur, Un Voleur de Bagdad, Sherko Fatah, Éditions Métailié, Minnie et La Vengeance de David, H.W. Kettenbach, éditions Christian Bourgois, La couleur bleue, Jörg Kastner, éditions Lattès, Le Terrier, Franz Kafka, éditions de L’Herne, Mes Dibbouks et À ma fenêtre , Luc Bondy, éditions Christian Bourgois, Un voyage, H.G. Adler, éditions Christian Bourgois, Le Juif de service et L’amour aujourd’hui, Maxim Biller, éditions de l’Olivier, La Tour, Uwe Tellkamp, éditions Grasset, La face cachée de la Lune,L’ami parfait, Lila, Lila, Le Diable de Milan, Le dernier des Weynfeldt, Le Cuisinier, Allmen et les Libellules, Allmen et le diamant rose, Le Temps, le temps, Allmen et les Dahlias, Allmen et la Disparition de Maria, Montecristo, Éléphant, Martin Suter, éditions Christian Bourgois, Esquisses pour un troisième journal, Max Frisch, éditions Grasset ; La Cravate, Minela Michiko Flašar, éditions de l’Olivier (Prix de l’Europe, Prix Euregio), L’Assujetti et Juste un coup d’œil, Joachim Zelter, éditions Grasset, Jérémie, Stephan Zweig, éditions Payot, Nicotine, Gregor Hens, éditions Autrement, Comment un adolescent maniaco-dépressif inventa la Fraction Armée Rouge à l’été 1969, Frank Witzel, éditions Grasset, À ce point de folie, Franzobel, éditions Flammarion.

image 001

Kieseritzki 2

Eléphant

Breaking News

Montecristo

Witzel Adolescent

Franzobel folie

La Tour

. Des études historiques, notamment sur la période du IIIe Reich et sur l'antisémitisme : Histoire de l'Antisémitisme en Allemagne (MSH), Science Nazie (Odile Jacob), La Fascination du Nazisme, Peter Reichel (Odile Jacob), L'organisation de la terreur: le camp de concentration, W. Sofsky (Calmann-Lévy) La Ufa, Klaus Kreimeier, Flammarion, Le livre noire de la médecine nazie, Ernst Klee (Actes Sud) L’Europe en mouvement, Klaus Bade (éditions du Seuil), Marc Bloch, un historien au XXe siècle, Ulrich Raulff (Maison des Sciences de l’homme) Des Cerveaux de génie, Michael Hagner (Maison des Sciences de l’Homme), le Journal de Goebbels, 1939-1942 (Tallandier), La Résistance allemande à Hitler(Joachim Fest, Perrin), Le vol organisé, L’État français et la spoliation des biens juifs 1940-1944 (Martin Jungius, Tallandier), Soldats et Grand-père n’était pas nazi (Harald Welzer, Gallimard), la nouvelle biographie de Hitler par Volker Ullrich (Gallimard, 2017), l’essai de Bettina Stangneth Eichmann à Jérusalem (Calmann-Lévy, 2016). Il a également effectué la traduction de Mein Kampf pour l’édition critique en cours d’élaboration aux éditions Fayard, sous la direction de Florent Brayard.

Fascination

Fest Hitler

Eichmann Bettina

Soldats

Sofsky terreur

. Des essais philosophiques et littéraires : Le Souci traverse le fleuve, H. Blumenberg (L’Arche), La Responsabilité envers les générations futures, D. Birnbacher (PUF), Le Temps de l'histoire, Horst Günther (MSH), Le Rire et le Pleurer, H. Plessner (MSH) La Révolution conservatrice, S. Breuer (MSH), Ironie et modernité, Ernst Behler (PUF), Politique de l’immortalité, Boris Groys (Maren Sell) Le Désir et La Société de transparence, Byung-Chul Han (Autrement et PUF). Et pour l’heure une vingtaine de textes de Sigmund Freud (L’injection faite à Irma, L’homme aux loups, Pour une introduction du narcissisme, L’inconscient, La Féminité, L’Amour de transfert, etc.) aux éditions Payot.

Désir Biung Chul Han

Politique Groys

Transparence

Freud rêve

Freud Moïse

Homme aux loups

. Les correspondances de Sigmund Freud avec Max Eitingon (Hachette Littérature, 2009) de Sigmund Freud avec Anna Freud (Fayard , 2012), de Hannah Arendt et Gershom Scholem (Le Seuil, 2012), de Sigmund Freud et Minna Bernays (Le Seuil, 2015), la correspondance du peintre Emil Nolde (Actes Sud, 2008), la correspondance de Heinrich et Marga Himmler (Perrin, 2014).


. Il a traduit tous les ouvrages de Peter Sloterdijk publié en France depuis 1999 : Essai d’Intoxication volontaire, Règles pour le Parc Humain, L’Heure du crime et l’œuvre d’art, Domestication de l’être, Bulles (Sphères I), Ni le Soleil ni la mort, Globes (Sphères II,) Écumes (Sphères III), Derrida l’Egyptien, Le Palais de Cristal, Colère et temps, La Folie de Dieu, Théorie des après-guerres, Tu dois changer ta vie, Tempéraments philosophiques, Repenser l’impôt (éditions Calmann-Lévy, Mille et une Nuits, Pauvert et Libella/Maren Sell), Des lignes et des jours (Libella/Maren Sell), Ma France (Libella), Après nous le déluge (Payot).

. Il est l’un des collaborateurs réguliers du programme de traduction franco-allemand en sciences sociales et humaines de laMaison des Sciences de l’Homme, à Paris, depuis 1989, et traduit régulièrement pour la Revue d’Histoire de la Shoah, Philosophie magazine et Le Monde.

Traductions primées

Le livre de Klaus Kreimeier Une Histoire du cinéma allemand, la Ufa, qu'il a traduit pour les éditions Flammarion, a obtenu à l'unanimité le Prix du Syndicat de la Critique de Cinéma 1994, catégorie livres traduits – ce même prix a également été décerné en 1996 à sa traduction du livre de Hanns Zischler Kafka va au cinéma, paru aux Cahiers du cinéma. Le Prix des Femmes Journalistes 2000 a été décerné à l’ouvrage de Christa Wichterich La Femme mondialisée qu’il a traduit pour les éditions Actes Sud. Le Prix Osiris de l’Institut a récompensé en 2000 le livre de Gerhard Dorn van Rossum, L’Histoire de l’heure qu’il a traduit aux Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme. La Face cachée de la lune, de Martin Suter, qu’il a traduit pour les éditions Christian Bourgois a été l’un des trois livres sélectionnés en dernière liste du Prix de la Brasserie Lipp de Zurich, L’ami parfait de Martin Suter figurait dans la dernière sélection du Prix Médicis étranger 2002, Lila Lila, de Martin Suter, dans la dernière sélection du Prix Fémina étranger 2004.Sa traduction du recueil d’entretiens avec le pianiste Alfred Brendel, paru chez Christian Bourgois en 2003, a obtenu le Prix Pelléas pour les qualités littéraires d’une œuvre sur la musique. Colère et Temps de Peter Sloterdijk a obtenu le prix Charles Villon de l’essai en 2009. Le Cuisinier de Martin Suter a obtenu le prix « Gourmand » de la meilleure traduction pour la France en 2010. Histoire d’un Allemand de l’Est, de Maxim Leo, a obtenu le Prix du Livre Européen 2011.Cosima Wagner, d’Oliver Hilmes, a obtenu le prix spécial du jury du Prix des Muses 2013. Le prix de l’Europe 2015 a été attribué à Le Temps, le temps de Martin Suter. Le Prix Euregio 2015 et a été attribué à Milena Michiko Flasar, l’auteur de La Cravate, qu’il a traduit aux éditions de l’Olivier, et à ses traducteurs néerlandais et français. Le roman a également obtenu le Prix de l’Europe 2016.Après nous le déluge de Peter Sloterdijk faisait partie des quatre titres finalistes du Prix Bristol des Lumières.

Olivier Mannoni a obtenu en 2018 le prestigieux prix franco-allemand de traduction Eugen-Helmlé, pour l’ensemble de son œuvre.

Conseil et enseignement

Olivier Mannoni a animé en février et mars 2001 le stage de formations de jeunes traducteurs littéraires organisé au Collège International de Traduction Littéraire, à Arles, par le BIEF, la Foire de Francfort, le CITL et l’OFAJ (« stages Goldschmidt »), et participe comme enseignant aux activités du Centre Européen de Traduction Littéraire de Bruxelles (formation professionnelle, ateliers de traduction d’allemand). Ildonne également des conférences à l’université de Strasbourg et dans différents centres universitaires de formation à la traduction, ainsi que des conférences à l’École Nationale Supérieure sur Freud (Séminaire d’Elisabeth Roudinesco) et sur le métier de traducteur (ETL/ENS).

Il a animé en novembre 2012 le stage « traduire le suspense » et en 2013 le stage « traduire l’oralité » organisé par le Centre de Traduction Littéraire de Lausanne à L’Arc-Rômainmotier.

Il a été chargé en novembre 2011 de la conception de l’École de Traduction Littéraire du Centre National du Livre (Un partenariat CNL-Asfored), dont il est aujourd’hui directeur : http://www.etl-cnl.fr. Il coordonne depuis 2015 les ateliers de traduction créés par le groupe ECLA à l’École normale supérieure en partenariat avec l’ETL.

Édition

Il a dirigé aux éditions Odile Jacob, la publication des œuvres complètes de Manès Sperber (Et le Buisson devint cendre, Être Juif, Psychologie du pouvoir...), dont il a assuré la traduction ; il a, à ce titre, participé à divers colloques internationaux (Sorbonne 1991, Berlin 1994, Paris 1996, Paris 2010).

Il assure enfin un travail de conseil en édition sur les sciences humaines et la littérature de langue allemande auprès de différents éditeurs français.

Responsabilités associatives

Il a occupé de 2007 à 2012 les fonctions de président de l’Association des Traducteurs Littéraires de France, après en avoir été vice-président à partir de 2004. Il a à ce titre dirigé la délégation de l’ATLF lors des négociations engagées avec le Syndicat National de l’Edition sous l’égide du Centre National du Livre, en 2011 et 2012, qui ont abouti à la signature du nouveau Code des Usages et à la publication du Guide de la Traduction.

Publication personnelles

Critique à La Quinzaine Littéraire entre 1992 et 1998, journaliste indépendant dans divers magazines depuis 1978 (Libération, L’Événement du jeudi, Le Magazine Littéraire…) Olivier Mannoni a également publié en Allemagne et en France plusieurs communications sur Manès Sperber et sur Peter Sloterdijk.

Les éditions Ramsay ont publié en 1996 son essai intitulé Un écrivain à abattre, consacré à la vive querelle déclenchée par le dernier roman de Günter Grass et à ses implications dans la vie culturelle et politique allemande contemporaine.

Sa biographie de Günter Grass a paru en septembre 2000 aux éditions Bayard sous le titre Günter Grass, L’Honneur d’un homme. France-Culture a diffusé en mars 2001 cinq entretiens d’Olivier Mannoni avec Günter Grass, dans le cadre de l’émission « A voix nue » (rediffusés en novembre 2002 et mars 2004).

Sa biographie de Manès Sperber, L’espoir tragique, a paru en mars 2004 aux éditions Albin Michel.

Son recueil Les Sautes d’humour du Dr Freud, a paru en 2015 aux éditions Payot.

Autres publications récentes : Préface de Stiller de Max Frisch, Cahiers rouges, Grasset, 2009.

Préface du Terrier de Franz Kafka, L’Herne, 2009.

Préface du Citoyen de verre de Wolfgang Sofsky, L’Herne, 2011.

Préface du Petit Cheval de Ludwig Hohl, Zoé, 2017.

« La traduction est un autre livre », introduction du colloque Thomas Bernhard à Vienne, mars 2017, paru in Délibéré avril 2017 ; « Die Übersetzung ist ein anderes Buch », in Ein Übersetztes Buch ist wie eine Leiche : Übersetzer antworten Thomas Bernhard, Berlin, Korrektur Verlag, 2017.

« Witz, Humor und Philosophie im Werk von Peter Sloterdijk », actes du colloque de Karlsruhe, à paraître aux éditions Suhrkamp.